Etre lettré en Babylonie dans la deuxième moitié du Ier millénaire av. J.-C. (VIIe s. av. J.-C. – Ier s. apr. J.-C.)

Une partie des élites des temples en Babylonie avait une formation de lettré : certains étaient médecins-exorcistes, prêtres-lamentateurs ou astrologues-astronomes. La maîtrise d’un savoir érudit leur permettait de remplir des charges prestigieuses dans l’administration des temples et de s’imposer comme les conseillers des rois.

Dans ma thèse en cours de préparation, je m’interroge sur l’évolution du rôle de ces lettrés dans la société babylonienne dans la deuxième moitié du Ier millénaire av. J.‑C, soit après la chute de l’empire néo-assyrien (en 612), aux époques néo-babylonienne (626-539), achéménide (539-333), hellénistique (330‑141) et parthe (141 av. J.-C.-39 ap. J.-C.). J’analyse comment l’image que les lettrés ont d’eux-mêmes, leur place dans l’économie des temples et les relations qu’ils entretiennent avec le pouvoir évoluent pendant cette période.

Le lettré et l’écrit

Les lettrés babyloniens se reconnaissent par l’acquisition d’un savoir reposant sur une transmission de textes littéraires et savants de forme fixe.  Ces scribes qui assurent la transmission de ces savoirs ne sont pas seulement des intermédiaires d’œuvres intangibles. Quoi qu’ils ne cessent de glorifier le passé en se rattachant par exemple à des ancêtres légendaires, ils transforment certains textes dits “canoniques”. La chute de la dynastie chaldéenne en 539 av. J.-C. permet aux travailleurs des temples babyloniens d’obtenir plus d’autonomie. Les lettrés recentrent alors les compositions littéraires et savantes sur le dieu principal de leur cité et de nouveaux genres de textes apparaissent. Les astronomes écrivent des journaux astronomiques  dans la deuxième moitié du Ier millénaire. L’astronomie mathématique se développe ainsi considérablement, il leur est désormais possible de calculer de manière très précise la place des astres et de prévoir les éclipses.

Cylindre du VIIe s. av. J.-C. Il s’agit d’une copie d’une inscription royale plus ancienne (du roi Amar-Suen, 2046-2038 av. J.-C.), retrouvée dans les débris du temple principal d’Ur. (© the Trustees of the British Museum)

Les lettrés et le temple

Les lettrés des textes littéraires apparaissent également dans des textes administratifs des temples babyloniens. Cette documentation nous montre comment ils gèrent les biens et le personnel des temples. Les textes administratifs de l’Esagil, le temple principal de Babylone, mentionnent les rations accordés aux exorcistes, aux prêtres-lamentateurs mais aussi à un important corps d’astronomes-astrologues. Une liste citant des rations au IIe siècle av. J.-C. montre qu’au moins quatorze astronomes sont au service de celui-ci. L’étude de la fonction de lettré pose également la question de leur rétribution. Ils sont en général rémunérés grâce à leur possession d’une prébende dans les temples.

Le lettré et les rois

Les lettrés babyloniens à la tête des temples peuvent aussi rejoindre les cours royales et y faire carrière. Le roi néo-babylonien Nabonide évoque par exemple dans plusieurs inscriptions le groupe de ses lettrés de cour. Il les envoie à la recherche des écrits de fondation de plusieurs temples. On connaît même le nom d’un des scribes chargé de recopier les anciennes inscriptions royales: Nabû-zer-lishir. Les rois achéménides suivent cette politique de contrôle des sanctuaires, cependant les notabilités locales, dont des familles de lettrés, se révoltent contre le pouvoir de Darius Ier et Xerxès Ier au Ve siècle.

La situation semble s’apaiser à la période hellénistique. Les villes babyloniennes deviennent autonomes sous les rois séleucides. Les structures administratives les mieux organisées gèrent alors les villes, soit celles des temples dirigés par des grandes familles de lettrés.

Cylindre d’Antiochos. Ce texte est la dernière inscription royale connue en Babylonie. Il célèbre la rénovation du temple de l’Ezida à Borsippa. Il aurait été écrit le 27 Mars 268 av. J.-C. (© the Trustees of the British Museum)

Etat de la recherche

Dans les années 1970 et 1980, S. Parpola a traduit pour la première fois la correspondance des rois néo‑assyriens avec leurs érudits de cour. Ses travaux ont permis d’inaugurer l’étude de la place des lettrés dans la société néo-assyrienne de la première moitié du Ier millénaire, et les ouvrages sur ce sujet sont depuis très nombreux. Aucun ouvrage n’a cependant cherché à synthétiser les continuités ou les changements de leur fonction après la chute de l’empire néo-assyrien, dans la deuxième moitié du Ier millénaire.

Je chercherai donc à faire le lien entre documents littéraires et savants et les documents administratifs afin d’avoir une vue globale sur le rôle social de cette catégorie de la population babylonienne dans les derniers siècles des sources écrites en cunéiforme.

Marie Young, « Etre lettré en Babylonie dans la deuxième moitié du Ier millénaire av. J.-C. (VIIe s. av. J.-C. – Ier s. apr. J.-C.) », in Les carnets de NimRoD. Publié le / published on 15/06/2018. https://nimrod.hypotheses.org/530.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search