Canonisations

De la Chine à la Grèce, le milieu du premier millénaire avant J.-C. est marqué par une phase exceptionnelle d’élaborations et de fixations de textes religieux et philosophiques. C’est en effet durant cette période que la Torah, la littérature homérique prirent leur forme définitive et qu’enseignèrent le Bouddha, Zarathoustra, Lao Tseu ou encore Confucius.

Moïse

Moïse. Sculpture M. Höfle, 1701.
Stalles nord de l’église palatiale de
Friedrichshafen en Allemagne
(photo V. Feger, Wikimedia).

Confucius
Confucius (c.551-479 av. J.-C.).
Gouache sur papier, ca. 1770.
Granger collection (photo Wikimedia).

Le caractère exceptionnel de cette période a été repéré et souligné à la fin du XVIIIe siècle par Anquetil-Dupeyron (731-1805) avant d’être théorisé par Karl Jaspers (1883-1969) sous le nom d’ « Achsenzeit », « Période axiale ». Si cette expression est entrée dans le vocabulaire de la philosophie, elle est demeurée à la porte de celui de l’Histoire.

L’objectif de ce programme de recherche est de revenir en historiens sur ce moment crucial de l’histoire culturelle de l’humanité. « En historiens » signifie que notre effort visera à décrire le phénomène, renonçant à en dégager un sens réel ou supposé. Nous concentrerons nos efforts sur un aspect restreint, mais central, de ces différents processus de fixation culturelle : celui de la canonisation des différents corpus littéraires, religieux ou philosophiques. Ce faisant nous nous attacherons à décrire, et à comparer entre eux, ces phénomènes de cristallisation culturelle qui engagent, aujourd’hui encore, une bonne part de l’histoire humaine.

Responsable scientifique du projet: D. Agut


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search