Restitutions des monuments de Nimrud. Du papier au numérique

Le projet de modélisation virtuelle de l’Ezida de Nimrud s’inscrit dans une longue tradition de restitutions visuelles des vestiges mis au jour en Assyrie. Cette tradition remonte de fait aux premières découvertes archéologiques dans la région. À partir de la seconde moitié du XIXs., plusieurs capitales néo-assyriennes ont été identifiées et partiellement fouillées: Khorsabad (Dur Sharrukin) par les Français et les Américains, Ninive et Nimrud par les Britanniques, Assur par les Allemands. Rapidement, ces explorations mettent au jour les vestiges impressionnants de palais et de sanctuaires monumentaux: reliefs, statues encadrant des portails monumentaux, etc.

Dépôt des lamassu du palais de Nimrud avant leur transport au British Museum. Frontispice plate.
A.H. Layard, Nineveh and its Remains. A narrative of an expedition to Assyria, Londres 1849.

Des restitutions sur papier

Malgré le caractère impressionnant de ces vestiges, la réalité des monuments néo-assyriens reste assez abstraite pour le grand public. La reconstitution des monuments en ruine permet aux archéologues de faire revivre le faste de ces monuments perdus, en restituant les élévations disparues et les couleurs dont seules subsistaient quelques rares traces lors de la fouille.

Les premières reconstitutions paraissent ainsi dès les premières études liées aux grandes découvertes du XIXe siècle, à l’instar de cette vue restituée de l’acropole depuis la rive opposée du Tigre.

 

Aquarelle. Vue restituée de l'acroole de Nimrud depuis la rive opposée du Tigre

Reconstruction des palais de Nimrud. Dessin de James Fergusson, pl. 1.
A.H. Layard, A Second Series of the Monuments of Nineveh, London 1853.

Reconstitutions sur le terrain

Dans la seconde moitié du XXe, après les fouilles britanniques de Max Mallowan, les Irakiens entreprirent une autre forme de restitution, sur le terrain: la reconstruction (ou anastylose) de plusieurs salles du palais nord-ouest et de l’Ezida notamment, dans les années 1970 et 1980, avait pour objectif principal la mise en valeur du site et sa présentation à des fins touristiques. Cette reconstruction a principalement concerné les entrées monumentales de ces deux complexes, remontées jusqu’à la toiture, et la reconstruction de certains murs sur une hauteur de 3 à 4 m, qui avait comme second avantage de stabiliser les constructions antiques, en briques crues.

      

Vues du sanctuaire de Nabu à Nimrud en 2008, après la reconstruction du sanctuaire par les archéologues irakiens (clichés Staff Sgt Joann Makinano, joint combat camera center Iraq, 19/11/2008,). La façade principale (1er cliché) a été reconstruite à mi-hauteur, permettant la restitution de la porte principale et la pose d’une toiture de protection. Les murs des autres salles (dont la cella de Nabu, sur le 2e cliché) ont été stabilisés avec des briques cuites, à hauteur des vestiges préservés dans les années 1980.

Restitutions numériques du palais nord-ouest

Plus récemment enfin, l’essor des technologies informatiques a permis de proposer des restitutions graphiques plus complexes, à partir de la technologie 3d notamment. Le palais nord-ouest de Nimrud a d’ailleurs fait l’objet de l’un des premiers projets scientifiques de restitution numérique, dès le milieu des années 1990. Initialement concentrée sur la salle du trône de ce palais, cette étude, menée par les archéologues Sam Paley et Donald H. Sanders, a fait figure de projet pionnier dans l’usage de la modélisation numérique appliquée à l’archéologie [voir ainsi l’article publié dans le magazine Archaeology en 2008, et celui de la revue Science en 2010, traduit en français  dans le Courrier international].

Depuis le premier modèle de la salle du trône, la modélisation virtuelle du palais a continué de s’élargir et de s’affiner au gré de la recherche et des nouveaux développements de l’outil informatique [voir le site du projet, mené par la compagnie LearningSites]. Ce modèle a servi de base à  plusieurs courts documentaires au cours des années 2000. L’un des rendus les plus récents de ce modèle a ainsi été présenté par le Metropolitan Museum de New York à l’occasion de l’exposition Assyria to Iberia en 2014:

Enfin, la modélisation virtuelle de plusieurs salles du palais nord-ouest de Nimrud a également été utilisée pour servir de cadre à un jeu vidéo éducatif édité en 2005 par la Federation of American Scientists, le Walters Art Museum et la Cuneiform Digital Library Initiative: Discover Babylon.

Gaëlle Coqueugniot, « Restitutions des monuments de Nimrud. Du papier au numérique », in Les carnets de NimRoD. Publié le / published on 08/10/2017. https://nimrod.hypotheses.org/299.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search