Les bibliothèques antiques – un état des recherches

Notre projet d’atlas encyclopédique des bibliothèques antiques — dans sa version internet et dans sa version papier — repose sur un double constat.

Les recherches sur l’histoire des bibliothèques  sont nombreuses et polymorphes, en particulier autour d’institutions emblématiques comme la bibliothèque d’Assurbanipal à Ninive, la grande bibliothèque d’Alexandrie, ou les multiples bibliothèques de Rome.

Malgré une abondante littérature sur le sujet, les bibliothèques antiques sont généralement présentées de façon superficielle — dans des publications plutôt linéaires suivant une présentation chronologique1 —, ou alors elles font l’objet de monographies plus exhaustives mais très spécialisées et parfois difficiles d’accès pour le non-spécialiste2.

Ces deux écueils correspondent en fait souvent à la segmentation des informations entre les différentes civilisations antiques pour lesquelles sont attestées de telles bibliothèques. Quelques efforts récents de rapprochement entre les différentes civilisations ont été faits à l’occasion de conférences, notamment entre les mondes grec, romain et mésopotamien3. Néanmoins, la plupart des études se concentrent soit sur les bibliothèques du Proche-Orient et de la Mésopotamie antiques, soit sur celles de la Méditerranée gréco-romaine4, sans toujours proposer de comparaison entre ces mondes.

L’objectif du programme NimRoD est justement de colmater cette brèche entre spécialistes des bibliothèques et des savoirs babyloniens et assyriens d’une part et ceux dont les recherches portent sur les mondes grec et romain d’autre part. L’atlas encyclopédique réunit des spécialistes de ces différentes cultures.

Dans un premier temps, il s’agit de réunir les données connues et de faire le point sur nos connaissances, site par site, des différentes bibliothèques connues dans l’antiquité, du Xe s. av. J.-C. au IIIe s. ap. J.-C. Ce premier travail d’inventaire permettra de préciser certains processus parallèles ou des différences entre les bibliothèques de différentes civilisations : emprunts, rejets, évolutions entre les institutions, selon le contexte culturel, économique et social dans lequel elles se développaient.

Dans un second temps, la partie encyclopédique du projet proposera une approche thématique sur les bibliothèques, avec des entrées écrites conjointement par des spécialistes de différentes civilisations antiques et permettant ainsi une approche comparative fine des phénomènes et conservation et de transmission des savoirs dans l’antiquité.

Gaëlle Coqueugniot, « Les bibliothèques antiques – un état des recherches », in Les carnets de NimRoD. Publié le / published on 25/08/2017. https://nimrod.hypotheses.org/254.

 

  1. Voir par exemple  L. Casson, Libraries in the Ancient World, Yale University Press, New Haven 2002. []
  2. Ainsi, V. M. Strocka, S. Hoffmann et G. Hiesel, Die Bibliothek von Nysa am Mäander, von Zabern, Mainz 2012. []
  3. Ainsi la conférence organisée à St Andrews en 2008 et le volume collectif édité par J. König, K. Oikonomopoulou et G. Woolf, Ancient libraries, Cambridge University Press, Cambridge 2013. []
  4. Encore récemment, l’exposition organisée à Rome en 2014 et son catalogue — R. Meneghini et R. Rea (éd.), La biblioteca infinita. I luoghi del sapere nel mondo antico, Electa, Rome 2014 — n’envisageaient pas vraiment les institutions du Proche-Orient. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search