L’Ezida de Nimrud aujourd’hui

Notre projet s’appuie principalement sur les publications archéologiques de l’édifice dans la seconde moitié du XXe s. : les rapports préliminaires de Max Mallowan et David Oates parus dans la revue scientifique Iraq, les deux volumes de synthèse publiés par Max Mallowan en 1966, ainsi que l’ouvrage plus récent de David et Joan Oates qui intègre les dernières découvertes irakiennes sur le site.

mallowan-1966-covers-large

M.E.L. Mallowan, Nimrud and its remains, Londres: Collins, 1966

J. et D. Oates, Nimrud: An Assyrian Imperial City Revealed, Londres: BISI, 2001

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans les années 1970 et 1980, les archéologues irakiens mènent une importante campagne de fouilles et de restaurations sur l’acropole, avec un double-objectif : scientifique d’abord (c’est en particulier le cas dans le palais nord-ouest, où les nouvelles fouilles mènent à la découverte de tombes royales : quelques photos), touristique ensuite. Dans ce cadre, l’Ezida est re-dégagé et restauré. Les murs sont stabilisés, voire parfois même remontés. La Fish Gate en particulier est l’objet d’une reconstruction monumentale, couverte par une toiture, à l’instar de nombreux secteurs du palais nord-ouest et du temple de Ninurta.

L’Ezida est l’un des secteurs du site de Nimrud ouvert au public. Une série de photographies de l’édifice a d’ailleurs été publiée sur internet à la suite de la visite de militaires américains sur le site, en 2008.

2008

La façade nord de l’Ezida, avec la Fish Gate.
Photo Staff Sgt Joann Makinano, joint combat camera center Iraq, 19/11/2008,

vue depuis le sud, avec la porte vers le corridor NT3

Cella de Nabu vue depuis le sud. A l’arrière-plan, la Fish Gate.
Photo Staff Sgt Joann Makinano, joint combat camera center Iraq, 19/11/2008, 

A l’exception de la Fish Gate encadrée de ses statues d’hommes-poissons, le bâtiment attire cependant moins l’attention du public que les autres monuments de l’acropole, dont les murs étaient ornés de reliefs sculptés, parfois encore in situ.

Les dommages infligés à l’Ezida en juin 2016, aussi spectaculaires qu’ils apparaissent dans la vidéo de propagande diffusée, semblent principalement limités à l’entrée monumentale, à la cella de Nabu et aux murs reconstruits par les restaurateurs irakiens dans les années 1980-1990, comme l’attestent les photographies satellite publiées cet été et les quelques images récentes du site publiées après sa libération.

(Le quotidien de l’art, 20 juin 2016)

(Euronews, 6 décembre 2016)

Quoi qu’il en soit, le site de Nimrud reste actuellement inaccessible, ce qui renforce les enjeux de notre projet de modélisation de l’Ezida, à partir des données photographiques et descriptives diponibles.

Gaëlle Coqueugniot, « L’Ezida de Nimrud aujourd’hui », in Les carnets de NimRoD. Publié le / published on 06/02/2017. https://nimrod.hypotheses.org/230.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search