Retour sur l’actualité récente : Agatha Christie et Nimrud

Le site de Nimrud a longuement attiré l’attention des médias ces dernières années, pour des raisons malheureuses sur lesquelles nous ne nous attarderons pas aujourd’hui (voir notamment, la communication d’Aline Tenu sur la situation à Nimrud et au Proche-Orient au printemps 2015). La presse mondiale a ainsi fait état de la libération du site mi-novembre 2016 et de la visite d’experts de l’Unesco et de journalistes sur son acropole.

Radio Canada, 13 novembre 2016

  Le Monde, 30 novembre 2016

Dans le prolongement de ces articles, plusieurs journaux sont longuement revenus sur une personnalité qui a marqué l’histoire de la redécouverte du site dans les années 1950 : Agatha Christie. Ces articles, qui n’ont — curieusement — pas été relayés dans la presse française, permettent de republier des photographies anciennes du site prises par la romancière dans les années 1950.

The Baghdad Post, 8 janvier 2017

Spiegel, 8 janvier 2017

Agatha Christie (1890-1976) était l’épouse de l’archéologue britannique Max Mallowan, qui dirigea l’exploration archéologique de Nimrud de 1949 à 1957. A ce titre, elle séjournait sur le site près de trois mois chaque année, de janvier à mars. C’était déjà à l’époque une romancière à succès. Alors âgée d’une soixantaine d’années, elle commence d’ailleurs à écrire son autobiographie, publiée après sa mort en 1977, dans une petite pièce construite pour elle près de la maison de fouille, et surnommée beit Agatha, « la maison d’Agatha », qu’elle décrit avec beaucoup d’émotion dans le prologue de cet ouvrage.

christie_iraq_small

Agatha Christie à Nimrud, devant Beit Agatha              [Mystery Scene Magazine]

Elle a directement contribué aux importants travaux de cette mission, non seulement par une participation financière importante qui a permis aux archéologues de mener leurs recherches, mais aussi par sa participation directe à certains aspects du travail de terrain. Pendant plusieurs années, en Syrie avant la guerre d’abord, puis à Nimrud, Agatha Christie a pris de nombreuses photographies qui documentent la fouille, les objets découverts, et la vie sur le site dans les années 1950. Elle participe également à l’enregistrement et à la conservation de ces objets, notamment les ivoires sculptés découverts dans plusieurs palais et dans l’Ezida. Une anecdote rapportée dans son autobiographie et dans les Mémoires de Max Mallowan relate notamment comment elle utilisa sa crème hydratante pour nettoyer ces ivoires, dont une partie sont désormais exposés au British Museum (pour en savoir plus sur le rachat de ces ivoires en 2011).

Gaëlle Coqueugniot, « Retour sur l’actualité récente : Agatha Christie et Nimrud », in Les carnets de NimRoD. Publié le / published on 02/02/2017. https://nimrod.hypotheses.org/203.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search