La bibliothèque de l’Ezida de Nimrud: un cas d’école

Les bibliothèques de l’Antiquité dont nous ayons aujourd’hui trace sont assez nombreuses puisque l’on en compte à peu près une centaine toutes périodes et aires géographiques confondues. Ces traces vont de la simple mention dans une lettre jusqu’à la découverte in situ des bâtiments, des pièces et enfin des textes eux-mêmes lorsqu’ils étaient couchés sur des supports pérennes, c’est-à-dire capables de traverser les siècles jusqu’à nous. À ce titre, et bien qu’il existe fort heureusement de nombreux exemples ailleurs, c’est la Mésopotamie qui offre les conditions les plus favorables à la découverte de fonds savants.

Parmi les différents exemples de bibliothèques ayant été découvertes in situ avec bâtiments et textes, l’Ezida, temple de Nabû, dieu des scribes, à Nimrud (ancienne Kalhu, capitale assyrienne des IXe et VIIIe siècles av. J.-C.) offre un beau cas d’étude et permet une modélisation 3D ayant pour objectif de présenter une bibliothèque mésopotamienne. En effet, le bâtiment était de petite taille (dans les 35 pièces) et ses espaces, clairement identifiés par les fouilleurs, permettent de comprendre comment un fonds savant était intégré à un sanctuaire et quels en étaient les différents usages.

L’Ezida a été dégagé par M. Mallowan entre 1955 et 1957. La bibliothèque qui y fut découverte contenait environ 300 tablettes littéraires et savantes. Il faut leur ajouter les textes d’archive qui étaient conservés, pour leur plus grande part, dans des pièces qui leur étaient consacrées, et qui reflètent les activités administratives, économiques et juridiques du sanctuaire. La bibliothèque, dans son état final, fut en usage constant de ca.800 à 612 av. J.-C. lorsque la ville fut détruite par les Mèdes et les Babyloniens.

L’état de conservation de l’ensemble du bâtiment et des textes qui y étaient archivés, la présence d’une bibliothèque, d’archives ainsi que d’une salle du trône réservée au roi assyrien (ce qui explique la découverte de traités), en font un site exceptionnel. Si la bibliothèque est de taille modeste comparée aux dizaines milliers de documents qui étaient conservés à Ninive ou à Babylone, elle est archéologiquement cohérente et offre des possibilités de reconstitution inégalables à ce jour.

Ce programme scientifique offrira donc au visiteur de l’espace Internet Grands Sites du Ministère de la Culture la possibilité de littéralement se promener dans un sanctuaire, sa bibliothèque et ses archives pour se rendre compte, concrètement, de la façon dont se présentaient de tels centres de savoirs. Il contribuera aussi à la mise en valeur du patrimoine irakien antique, en le rendant compréhensible et accessible à tous. Enfin, il sensibilisera à sa fragilité de triste actualité.

Philippe Clancier, « La bibliothèque de l’Ezida de Nimrud: un cas d’école », in Les carnets de NimRoD. Publié le / published on 17/01/2017. https://nimrod.hypotheses.org/193.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.