De la collecte des informations à la mise en œuvre du modèle

L’objectif de ce billet est de présenter rapidement notre réflexion au cours du dernier trimestre 2016, de l’actuelle collecte des données à la présentation d’un cahier des charges pour la mise en œuvre du projet de modélisation 3d de l’Ezida de Kalhu, que va mener le centre interdisciplinaire de réalité virtuelle (CIREVE) de l’Université de Caen-Normandie en 2017.

La base de cette réflexion s’appuie sur le dossier d’une soixantaine de pages réalisé au printemps 2016 par Cécile Verdelet, qui a permis de réunir les données publiées sur l’Ezida, le sanctuaire de Nabu, à Nimrud. Il s’appuie principalement sur les résultats des fouilles menées sur le site par Max Mallowan dans les années 1950, et propose quelques pistes de comparaison avec d’autres édifices néo-assyriens. Une réunion préparatoire interne, en septembre 2016, a permis de présenter les principaux acquis de l’exploration archéologique passée sur le site et les enjeux soulevés par notre projet de modélisation 3d. En parallèle, une rencontre organisée au sein du LabEx a permis de préciser les attentes du programme « archéologie du Proche-Orient » mis en œuvre par le Ministère de la Culture et de la Communication, dans lequel notre projet est intégré.

Dans un premier temps, il a s’agit de regrouper et de renseigner tous les documents graphiques — plans et photographies — disponibles sur l’Ezida,  dans les publications  et sur internet. Plusieurs questions structurelles se sont également très vite posées, notamment autour de la hauteur des murs (hauteur préservée et hauteur restituable) ou des lacunes de notre connaissance de certains espaces de l’Ezida.

En octobre, une première rencontre avec les chercheurs et les informaticiens du CIREVE avait notamment pour objectif de préciser les modalités du cahier des charges préliminaire à constituer sur le bâtiment. Celui-ci devait notamment déterminer les espaces à modaliser en détail, et présenter leur hauteur, la texture et le décor des surfaces et des sols, ainsi que le mobilier à replacer dans ces espaces. La préparation de ce document a permis de mettre en lumière les limites de notre documentation, et de nourrir notre réflexion sur des questions souvent récurrentes dans la restitution architecturale de vestiges fouillés : hauteur des édifices, question de l’aération et de l’éclairage des espaces, décoration des murs, plafonds et toitures, contrôle des accès, aménagements mobiliers, … Plusieurs de ces points seront d’ailleurs abordés dans des billets indépendants, qui présenterons les indices matériels et textuels disponibles (à Nimrud ou sur d’autres sites), leur analyse et les options choisies.

Gaëlle Coqueugniot, « De la collecte des informations à la mise en œuvre du modèle », in Les carnets de NimRoD. Publié le / published on 13/01/2017. https://nimrod.hypotheses.org/182.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search